Café du Commerce
Accueil > Blog > Cacas nerveux > Monsieur le Président...

Monsieur le Président...

26-09-2007

C’est pas une blague, je viens de recevoir une lettre du Président de la République. Par la factrice, dans la boîte aux lettres, à mon nom, mon adresse, quai des Capucins et tout et tout.

C’est quand même pas tous les jours que je reçois du courrier de gens aussi haut placés, flatté je suis.

Mais, le Nico, il aurait pu mettre un joli timbre, tant qu’à faire. Parce que le courrier distribué sans timbre, ça rappelle un peu la Blanche Porte ou la Vitrine magique, les trucs qu’on reçoit généralement comme ça. Sauf que là, je n’ai pas gagné 200 millions. Vous me direz, les 200 millions qu’on a gagné depuis le temps, avec les 3 Suisses ou La Redoute, heureusement qu’on ne comptait pas trop dessus pour payer la maison et refaire la toiture. C’est vrai.

Notez bien, que les lettres de personnalités, j’ai quand même l’habitude. L’ancien ministre de l’Éducation, tiens, il aimait bien ça, nous écrire. Moi ça m’agaçait plutôt qu’autre chose, car si j’ai le sens du service public et le respect de la hiérarchie (10 ans de bottes chez les pom-pom boys, ça laisse des marques) ce ministre-là je ne l’avais pas en très haute estime.

Avant lui, il y en avait eu un autre, aussi, de sinistre, lui c’est carrément un bouquin qu’il nous avait envoyé aux frais de la princesse, bouquin que personne n’a lu. À l’époque j’avais dû aussi pousser ma gueulante au Caf’com, la page a même traîné sur d’autres sites peu recommandables pendant longtemps.

Mais là, c’est plus un ministre, mais le Président en personne. Alors, il faut reconnaître, cette Lettre aux éducateurs du Président, elle est classe. D’abord, vachement bien imprimée, avec belle typo, police Garamond, sobre et de bon goût, même si personnellement je n’aurais pas mis tout en italiques. La couverture blanche, caractères bleu nuit, on croirait presque que ça sort des Éditions de Minuit. Comme Vercors, Beckett, Simon, et François Bon... Oui, bien vu la couvrante.

Bon, fonctionnaire je suis, devoir de réserve, vous pensez bien que je ne vais pas critiquer la prose Présidentielle après tout c’est mon chef de service quand même.

Y’a juste, à titre non pas de critique, mais de suggestion amicale et citoyenne, et dans une optique de progrès et d’efficacité du service public auquel je m’honore d’appartenir (soit pour pas longtemps, soit encore pour un putain de paquet d’années selon comme on envisage les choses), deux-trois trucs qui me chiffonnent :

- cette lettre, qui m’arrive aujourd’hui, ça fait bien trois semaines que je l’ai lue via Le Monde, mais tous les journaux et même Google actualités ont donné le lien, et elle a été abondamment décortiquée et commentée. Elle a comment dire un goût... de pas frais, ou plutôt de refroidi. C’est vrai que la Poste est moins rapide qu’Internet. Mais pourtant, la Poste est privatisée maintenant, elle devrait aller plus vite ? Peut-être parce qu’il n’y avait pas de timbre. Ils le disent dans leur pub radio : si tu ne prends pas le super-service pro deux fois plus cher que le tarif de base, faut pas t’étonner si ton courrier n’arrive pas et si tu passes pour un plouc auprès de tes clients. Ou alors peut-être, comme me l’a expliqué la factrice, parce que que les facteurs on leur fournit le vélo, mais les rustines, les pneus et la pompe pour le gonfler c’est à eux de se les payer (et bien entendu de le gonfler, le vélo). « À l’américaine, Françoué, à l’américaine ! »

- le Président a dit : à partir d’aujourd’hui, plus un seul euro d’argent public ne doit être gaspillé. Moi (et je ne suis pas le seul) ça fait longtemps que je pense pareil et pratique le truc, et je n’y pense pas seulement le matin en me rasant. À petite échelle sans doute, mais constamment. Un peu comme le tri sélectif : j’éteins les lumières, pratique la chasse d’eau à deux vitesses, n’utilise que des logiciels libres et gratuits, et compte plutôt moins de frais de dep’ que je ne devrais (va y’avoir des explicances à la maison...)

Alors, je ne sais pas, mais cette lettre à 1 250 000 éducateurs (car j’ai la faiblesse de penser, que les agents de service, cuisiniers, et autres personnels aux contact des élèves sont aussi des éducateurs s’ils ne sont pas des enseignants), qui aurait coûté (source : Marianne) environ 500 000 euros, ça ne me semblait pas une priorité absolue, vu que tout le monde l’avait déjà lue (ou du moins survolée) sur Internet. 500 000 euros c’est pas lourd dans le budget de l’Éduc Nat’. Mais bon, puisqu’il n’y a pas de sous, ils auraient pu être employés ailleurs, peut-être plus directement au service des enfants. Ou pour fournir aux enseignants, une version papier des programmes, au lieu qu’ils soient obligés de les acheter à Super-U ou les tirer à prix d’or sur leur petite imprimante à jet d’encre. C’est vrai, c’est utile, quand même, aux enseignants, les programmes ?

- moi qui suis curieux, j’ai aussi regardé le fichier PDF de la Lettre. On apprend des choses, dans les en-têtes PDF, comme le logiciel utilisé, ou encore des renseignements sur l’auteur. Ben là, non... « Titre : inconnu. Auteur : inconnu. Sujet : inconnu. » Je ne le croyais pas si épris d’anonymat notre Sarko ; ce sujet : inconnu m’interpelle, et au final j’ai comme un doute : aurait-il un nègre ? Ça serait le comble.

Enfin. Je ne dois pas être le seul à penser comme ça, ou alors il n’y a vraiment plus de sous au ministère, parce que notre ministre, le nouveau (par honnêteté je dois dire qu’il me semble très largement plus à la hauteur que les précédents), lui, aussi nous a écrit aujourd’hui. Mais pas par la Poste. Un mail, avec un lien vers une vidéo. Voilà qui est moderne, rationnel, écologique et économique. Ça me plait. Bon, je ne suis pas allé la voir encore, la vidéo. Parce que j’en subodore la teneur (« va falloir faire plus et mieux, avec moins », déjà qu’il n’y a pas beaucoup). Et puis aussi, parce que je suis quand même de la vieille garde, celle qui préfère lire des mots, plutôt que mater une vidéo. Parce que voir la tête du ministre ne m’apprend pas grand-chose de plus, que ça prend 10 fois plus de temps que la lecture, et qu’on ne peut pas zapper les passages ennuyeux ou revenir sur les plus importants. Et puis, dans l’Éducation Nationale, les mots, l’écrit, la lecture quoi, tous ces vieux trucs désuets, vous ne le croirez pas mais on est quand-même quelques uns à y être un tout petit peu attachés. Finalement je ne crois pas que je la regarderai la vidéo du ministre ; il n’avait qu’à envoyer un PDF.

En plus, je vous jure que je ne l’ai pas fait exprès, mais son mail au ministre, comme tout mon courrier électronique, passe à travers un filtre à Spam. Bon, il n’est pas parfait le filtre à Spam, des fois il fait du zèle, on retrouve des mails des copains dans la poubelle, ça explique sans doute. En tous cas, le mail du ministre, a été direct catalogué indésirable et placé dans le dossier Spam.

En fait, la communication officielle, ça va juste un peu plus vite par Internet que la Poste... mais ça finit au même endroit finalement.