Café du Commerce
Accueil > Blog > Cacas nerveux > Résistance

Résistance

22-10-2007

C’était aujourd’hui l’épisode tragi-comique de la lecture de la lettre de Guy Môquet dans les écoles.

Stratégie présidentielle, dejà évoquée ici, de récupération des icones de la défunte gauche, avec cette lettre émouvante certes, mais émouvante seulement, d’un gosse de 17 ans assassiné. Le ministre de l’Éducation a fait honnêtement son boulot ; connaissant bien ses troupes, et ne les méprisant pas ostensiblement comme le précédent il a su désamorcer et tempérer. Les profs ne sont pas idiots de toutes façons (enfin, il y a parmi eux la même proportion de gens très bien et de cons que dans les autres catégories socio-professionnelles, mais globalement ce sont des gens qui réfléchissent un peu et aiment leur boulot).

Donc ils pouvaient, et même étaient invités par leur chef, à élargir le champ de réflexion, avec d’autres lettres, citations et documents.

Il y a juste un document qui n’a pas été évoqué : celui qui représente le mieux l’idée de Résistance. Car on ne meurt pas pour son pays, pour la patrie. Ça c’est des idées de la guerre d’avant, celles du Maréchal. Les gens comme Manouchian, Môquet, ne sont pas mort pour leur pays, mais pour des valeurs et des idées.

Ces valeurs, ces idées, elles avaient été couchées sur le papier en 1944, par le conseil national de la Résistance. Des vétérans comme Lucie et Raymond Aubrac avaient, en 2004, lancé un appel pour la commémoration du 60e anniversaire de ce programme.

Vous pouvez ci-dessous voir et écouter ces grandes figures lire cet appel, ou en télécharger le texte.

Binary Data - 15.4 Mo
Vidéo
Format Quicktime
PDF - 44.2 ko
Texte
Format PDF

Curieusement, aucune grande figure gouvernementale n’a, à ma connaissance, parlé de cet appel. Cherchez l’erreur...