Café du Commerce
Accueil > Café du commerce > Inclassables ailleurs > Passez le chapeau

Passez le chapeau

Aider desordre.net

jeudi 26 juin 2008, par JB


Il y a certes, des causes plus grandes, des tragédies sans commune mesure, des misères plus cruelles.

Il y a des révoltes qui grondent, que l’on garde pour soi et ses proches parce que pas le talent ou la compétence pour les dire sur le net quand d’autres le font si bien, et que faire le clown en parlant de soi, de ses copains, de son chien, au café du commerce c’est aussi une forme de résistance : dire qu’il y a d’autres valeurs que de travailler plus pour enrichir plus toujours la même clique d’oligarques cyniques amenée au pouvoir par 53% de nouveaux cocus.

Mais Internet c’est aussi ça, les petits bonheurs, cette solidarité entre gens qui ne se connaissent pas.

C’est mon ami Maël, que je n’ai jamais rencontré, qui m’envoie un vénérable appareil photo 6x6 anglais des années 50, remis en état par ses soins, sachant que j’aime ce format, et que j’ai revendu comme un idiot mon vieil Hasselblad voilà quelques années. Appareil sans valeur marchande mais d’une valeur humaine inestimable (et cela fait du bien, d’opposer l’une à l’autre).

C’est ce message d’amitié reçu aujourd’hui sur le site (et supprimé illico car on n’a pas forcément envie de tout partager avec le monde entier) de nos anciens profs, et parents du P’tit Léo.

C’est ce mail trouvé avant-hier soir, d’Armand qui n’avait pas le moral, et me le confiait à moi qu’il n’a jamais vu non plus, mais parce que comme lui fils de garagiste rural, ancien musicien d’harmonie municipale, et instit aussi juste de l’autre côté de la Gironde ; ma vie est comme un miroir de la sienne, et réciproquement.

C’est encore les contributions érudites et amicales de Michèle P. à la suite de mes élucubrations, et puis tous ces amis connus ou inconnus auxquels je ne pense pas dans l’instant, qui écrivent régulièrement, occasionnellement, ou juste une fois, mais dont la présence fait du bien, et comme dit Maël, est le signe qu’il existe d’autres véritables êtres humains.

Parmi ces beaux spécimens d’humanité, il y a Philippe de Jonkheere, de desordre.net. Philippe est blogueur, écrivain, photographe, veilleur. Il est aussi le papa d’un vrai champion de rugby.

Évidemment à l’échelle de la planète et même du pays c’est rien, c’est pas grave : mais Phil s’est fait voler dans le train, son Nikon D200, l’appareil photographique qu’il utilise pour composer son Désordre. C’est pas que ce soit très très cher, un D200, d’ailleurs c’est déjà un appareil dépassé qui ne se fait plus. Mais c’est le genre de jouet, ou d’outil, que nous les petites gens comme disent les Guignols, on s’offre une fois parce qu’à un moment on le peut, mais qu’on ne peut plus racheter une seconde fois s’il est volé.

Un appareil photo, numérique ou argentique, c’est pas seulement cet objet de consommation, qui sert à vendre des magazines qui comptent les pixels, pour faire vendre des appareils photo qui feront vendre des magazines. Pour un photographe, c’est comme l’instrument d’un musicien. Le prolongement de l’œil, des tripes et ce qu’il y a au-dessus...

Est en train de se mettre en place, à l’initiative de Tierslivre, et pour permettre à Phil de racheter un appareil, une belle chaîne de solidarité blogosphérique ; pas de celles qu’on reçoit dans sa boîte mail avec des .pps débiles, non. Juste en marque d’estime, d’amitié, et parce qu’on a besoin de gens comme lui, et de sites comme le sien. Et c’est en salut, et fraternité que je relaie :

Équipez le site desordre.net de son matériel photo-numérique

Et sur ce futur Nikon, offert par ses amis, je verrais bien, gravé sous le boitier, une inscription du genre de celle que Woody Guthrie avait peinte sur sa guitare :

Messages

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0