Café du Commerce
Accueil > Blog > Cacas nerveux > Vive l’informatique

Vive l’informatique

05-08-2008

Je ne suis pas un gourou, mais pas non plus un débutant en informatique.

J’aime habituellement bien ça. Déjà au lycée technique j’aimais bien programmer sur ma calculette HP avec 203 pas de programme (en notation polonaise inverse, ceux qui ne connaissent pas, ne savent pas ce qu’est le plaisir avec une calculette).
Ensuite les PC, je ne compte plus le nombre de bécanes ni les centaines d’heures passées devant l’écran depuis 1992, année où je m’y suis mis (avec un Epson 8086, 1Mo de RAM, et 20 Mo de HD).

J’ai donc une certaine habitude d’installer des machines, de configurer des accès internet, des réseaux Windows (un système qu’il est bien pour faire planter les ordinateurs) et/ou Linux (un système qu’il est bien pour faire marcher les ordinateurs). C’est même une partie de mon boulot depuis deux ans.

J’ai aussi l’habitude de planter les machines de la maison, en bricolant dessus ; c’est comme ça qu’on apprend, mais ça fait râler la famille, aussi maintenant c’est plutôt sur des marouilles à moi, dans le cagibi.

Donc depuis des mois, je n’ai pas touché à la config des machines de la maison, qui sont parfaitement stables, et tout marche bien. Sauf que depuis deux jours, accès au net aléatoire, puis complètement planté. Généralement quand ça arrive je dis « c’est pas moi c’est Free » on reboote la Freebox et on attend que ça revienne. Mais hier ça ne revenait pas. C’est incroyable comme on se sent con sans Internet. C’est presque comme être sans électricité, ou sans eau, quand il faut se restreindre même pour aller aux toilettes.

Mais bon, admin réseau expérimenté je suis... L’informatique c’est bête, et logique : il suffit de prendre le problème par le bon bout de sa raison. La Freebox se synchronise bien sur l’ADSL. Je la pingue (ping, c’est une bête commande qui permet d’envoyer un signal à une machine sur le réseau, et voir si elle répond) depuis tous les postes de la maison. Ceux-ci se voient entre eux, c’est la Freebox qui fait le lien en wifi, donc pas de souci de ce côté-là. Mais quand je pingue Google, rien (Google a sans doute des défauts, mais pas celui de ne pas répondre au ping). Évidemment, je vous entends ricaner d’ici, s’il pingue un nom de machine et que c’est son DNS qui est mauvais, ça marchera pas (le DNS, c’est un ordi du fournisseur d’accès, qui traduit les noms comme www.google.fr en adresses réseau genre 208.69.34.231 — l’équivalent d’un annuaire téléphonique un peu).

Aussi, systématiquement depuis des années, pour tester un accès au net, je pingue directement une adresse IP, celle du DNS de Free, justement : 212.27.32.176. Rien. Tant que j’y suis, au cas où le DNS de Free serait en rade, j’essaie aussi celui d’Orange, que je connais aussi par cœur : 80.10.246.2. Rien. Je n’ai pas d’accès à Internet.

En même temps, je bricolais ces jours-ci une maquette de site pour un copain, avec ma bécane perso comme serveur web. Et lui, me dit, qu’il voit son site de chez lui, site hébergé sur ma machine, alors que moi je n’ai pas accès au net ! Bizarre autant qu’étrange.

Donc, ça n’est pas l’ADSL. Ça n’est pas le réseau local. Ça n’est pas le DNS puisque ça marchait avant et que je ne l’ai pas changé, et que je n’ai rien même en tapant des adresses IP. On me voit de l’extérieur, mais moi je ne sors pas plus loin que ma Freebox. Et pas d’Internet pour chercher la solution. Sans doute un problème de routage au niveau de la Freebox (je ne vous l’ai pas dit, mais j’ai vérifié la table de routage). On n’est pas sortis de l’auberge si elle est défectueuse...

Aux grand maux, les grands remèdes (« tu vas téléphoner à la hotline ? » — c’est pas le genre de la maison... en dernier recours). Je descends du grenier un antique modem analogique, pour refaire en ligne la config de la Freebox. Sait-on jamais.

Ça a l’air rapide comme ça, mais j’y suis depuis hier après-midi, et la moitié de la matinée, sur ce problème, avec juste une pause pour aller au ciné avec les gosses (X-files, c’était ça ou Wall-E).

Avec ça sur le coup de 18h hier le voisin qui passe, son ordi bureau ne démarre plus, et plus d’Internet sur leur portable non plus. Serait-ce une malédiction sur le quai des Capucins ? Non, ça repart chez eux, lentement (Windows + Norton...) mais ça repart quand même. Et pas chez moi, avec mes belles machines super optimisées sous Nunux. « Tu ferais pas bien de téléphoner à la hotline ? »

Donc, test avec le modem analo, connexion (tibilibilibilitrititrrrrrrrrrriiiiiiiiipongpong....) OK mais toujours impossible d’accéder à quoi que ce soit, sous Linux. Pourtant, je n’ai jamais eu de problème de connexion RTC, avec Linux. M’asseyant sur mon amour-propre, je descends au salon le PC Windows des enfants (celui qui ne sert qu’à jouer à Myst), branche le modem. Avertissements d’usages sur le modem détecté mais pas le pilote, et que oui mais non, voulez-vous continuer, voulez-vous configurer un réseau domestique ou de petite entreprise ? Non, je veux seulement me connecter à Internet avec ce p. de modem 56k. Curieux, là ça marche. C’est toujours un peu vexant, quand Ouin-ouin réussit là ou Linux échoue, mais pas le temps de s’apitoyer. La vache que c’est lent en bas débit, dire que l’on n’avait que ça avant... mais aussi les sites étaient plus légers. Je vais sur la config de la Freebox, supprime tout, le routage, les redirections de ports, etc. et redémarre pour la cinquantième fois la boiboite.

Tiens, routage désactivé et en config automatique (DHCP), cette fois ça marche. Yes, bon point. Par curiosité je regarde le DNS : ils ont changé le DNS, ces traitres ! et ils ne me l’ont pas dit. Maintenant c’est 212.27.53.252. Voilà pourquoi mon ping ne passait pas. Oui, mais quid du DNS d’Orange, qui ne répondait pas non plus ? Il ne répond toujours pas. C’est que le DNS d’Orange ne répond pas au ping. Et merde. C’était tout bête. J’aurais essayé n’importe quelle autre adresse que ces deux-là, j’aurais vu tout de suite le problème. Pour ça aussi que ma connexion analogique ne passait pas sous Linux, puisque je renseignais à la main le DNS.

Du coup, ayant retrouvé ma connexion, je découvre qu’il y a une alternative plus robuste et fiable, aux DNS des FAI, c’est OpenDNS que je m’empresse de rentrer dans toutes les bécanes de la maison.

Bon, on démonte tout, et on range. Fermez-démontez-roulez, comme on dit chez les pompiers, ça s’applique aussi à l’informatique : le grand câble réseau, la rallonge téléphonique, le modem antique, le portable pour les tests, le PC Myst, l’escabeau pour la Freebox, et on annonce tout content à Madame que ça y’est, ça marche.

— Mais alors, tous les gens qui sont chez Free, ils sont aussi en panne ?
— Non, parce que la plupart des gens, ils ont une config automatique des paramètres par la Freebox, qui donne à l’ordi le DNS disponible. Ça s’appelle DHCP.
— Et pourquoi toi tu l’as pas ?
— Parce que la config automatique c’est bon pour les gens qui n’y connaissent rien, moi je suis un geek, alors je configure tout à la main. C’est bien mieux parce qu’on sait comme ça ce qu’on fait.
— Et si tu avais téléphoné à la hotline, ils te l’auraient pas dit, que c’était pas le bon DNS ?

Le problème avec les copines de geek, c’est que ça ne comprend décidément rien, aux subtilités de l’informatique.

Messages

  • Décidément nous sommes bien frères de galère ! Hier soir comme j’étais de retour de week-end en Belgique, mon fils me dit que internet ne marche plus. Il avait déjà redémarré la freebox plusieurs fois, alors bizarre ... même problème que chez toi, je te passe la suite. J’en ris maintenant parce que nous avons connu chacun de notre côté la même tempête sous nos pauvres crânes. Mon fils me conseillait de téléphoner à la hotline, ce qui me choquait fortement. Ma fille qui a Free chez elle, m’assurait que ça marchait chez elle à l’autre bout de Paris, alors je me suis dit que ce n’était pas la tête du réseau Free qui était HS. A la maison personne n’osait me contredire étant le spécialiste réseau avec ma freebox routeur, mon réseau local et mes DNS rentrés à la main, tout ça qui marchait !! J’ai donc fini par trouver la solution comme toi - seul dans mon coin - en essayant une autre adresse DNS trouvée sur une vieille copie jaunie de la page d’assistance Free : 212.27.39.134. Tu avoueras qu’ils ne sont pas très sympas de ne plus donner ces infos utiles aux sages et vieux routards du réseau (avec jeu de mots). Je vais leur écrire pour leur passer un savon...
    Ah mais !

    • Ça me rassure de n’être pas le seul ! Pour rassurer les internautes amis qui trouveraient grossier le titre de ton post, je précise : c’était le titre original de mon texte, parce que j’étais un peu énervé par cette histoire au début. Mais au fil des corrections, et à l’évocation de la chère HP 11C, et de la notation polonaise inverse (un jour, je vous parlerai plus longuement de la polonaise inverse...) le côté geek a repris le dessus. Donc, persiste, et signe : informatique de merde, oui, mais on l’aime !

    • J’adore lire des trucs où je ne comprends pas tout et où je me régale quand même.

      On compte bien avoir sous peu (mettons, tant qu’on est encore en vacances, avec du boulot certes, mais des horaires choisis) un long topo sur la polonaise inverse... et je suggèrerai à l’ami Bertrand de venir jeter un coup d’oeil.

    • Nous sommes tombés dedans étant petit :)

      Voir en ligne : Google