Café du Commerce
Accueil > Blog > Inclassables ailleurs > La maison du passeur

La maison du passeur

11-10-2008

Quand on regarde le pont de Tonnay-Charente, impossible de ne pas la remarquer, seule dans le marais, la maison du passeur.

Autrefois, avant la construction du pont suspendu, en 1842, il y avait-là paraît-il un gué, et un passeur. Je suppose, avec un système de chaînes car le courant de marée est toujours très fort, et parfois violent, ça ne devait pas être facile de traverser en barque. En face, du côté du bourg, une autre maison, c’était toujours paraît-il, une auberge, l’Auberge du point du jour. L’auberge est maintenant divisée en deux habitations : celle des voisins, derrière une belle façade charentaise en pierre de Crazannes, avec vue sur le fleuve, et la nôtre, dans ce qui devait être l’écurie et le fenil, au fond de la cour. Même si on n’en a aucune certitude j’aime bien cette idée, d’habiter un ancien bistrot où les gens venaient avant de, ou après avoir traversé avec la rivière avec le passeur. Café du commerce ou auberge du point du jour, ma foi, c’est un peu pareil.

Jusque dans les années cinquante, donc, la maison du passeur, même s’il n’y avait plus de passeur, était encore une belle propriété (cette photo date du début du XXième, mais on retrouve la maison identique sur d’autres plus récentes) :

Et puis le propriétaire est mort, la maison en indivision et comme toujours dans ce cas ça se passe mal, les héritiers ne se sont pas entendus et la maison est restée à l’abandon. Je ne sais plus qui m’a raconté ça. Peut-être bien Alain le coiffeur, qui à force d’écouter les gens connait bien ce genre d’histoires.

Elle sert juste aux graffeurs, quoique les graffiti en place aient maintenant plus de trois ans, on y est entrés une fois mais trop la trouille que tout s’effondre sur nous on est ressortis dare-dare, d’ailleurs rien à voir, abandonnée qu’elle est depuis trop longtemps.

Un bon coup de bull, voilà tout ce qu’elle mérite maintenant la maison du passeur. N’empêche. C’était une belle maison.

Messages

  • Pas étonnant que le voisinage avec un tel pont soit aussi fascinant. Tu en parles si bien que cela me donne de plus en plus envie de le voir. Tiens justement, il y a quatre jours, comme je rentrais de Pau en voiture après une belle randonnée dans l’Aubrac, c’est pas la route directe je sais, mais famille oblige ... Donc je regrettais qu’il n’ait pas été sur ma route du retour. A te lire maintenant je regrette de ne pas avoir fait le détour, tant pis ce sera pour la prochaine fois !

    Ce n’est pas du Simenon dis tu, mais quelle atmosphère ...