Café du Commerce
Accueil > Blog > Vie minuscule > Machines-Outils

Machines-Outils

09-05-2009

C’était samedi dernier, matin, il faisait beau.

On est allés avec mon pote B. se balader dans son usine déserte avec la SpeedGraphic.

L’usine autant vous le dire, même si elle tourne encore ils sont en train de la démantibuler petit à petit. Mais c’est pour le moment difficile à expliquer et montrer ici, sans les autorisations officielles qu’on n’a pas envie de demander.

Si j’en parle c’est juste pour dire la fierté de mon pote, à me montrer ses aciers, ses presses, ses fours, ses montagnes de pignons et roues dentées à faire s’évanouir de jouissance un sculpteur de ferraille. La complexité de tout ce système dont il connait chaque pièce et chaque boulon pour les avoir souvent fabriqués lui-même.

Et puis surtout, sa grue.

Sa grue a cinquante ou soixante ans, l’âge de mon appareil photo. Sa fierté c’est qu’elle passe chaque année allègrement le contrôle technique des grues, malgré les points de rouille, le siège un peu éventré, et son aspect un peu préhistorique.

Sa fierté, c’est qu’elle démarre du premier coup à froid. Sous le capot gris le moteur monstrueux, comme celui d’un gros chalutier.

Moi ça m’a toujours impressionné, fasciné même, les grues et les pelleteuses, et les gens qui savent s’en servir. Ça a l’air tout bête, mais c’est complexe et délicat comme le pilotage d’un hélicoptère et demande une coordination motrice dont je serais bien incapable. Pourtant j’en avais une en jouet, étant gosse, avec tous les mouvements ; et j’ai essayé une fois sur une mini-pelle, dans le jardin du voisin.

Peut-être aussi réminiscences de ces engins que réparait autrefois le père. [1]

Enfin voilà, pas grand chose à dire de plus... Elle pourrait tourner encore cinquante ans la grue de B., mais son avenir on le connait bien et à courte échéance, comme celui du reste de l’usine et des quelques ouvriers qui y travaillent encore.

Alors nous deux tant qu’on peut on photographie, on récupère des images chez les anciens, on scanne. On a pu sauver au moins en images des trucs qui n’existent déjà plus, et qu’on ne reverra jamais. Structures que tout le monde ici trouve laides, puantes, polluantes, et souhaite voir disparaître au plus vite du paysage. Sauf que lorsque tout sera tombé, on s’accordera bien pour pleurnicher que c’était un patrimoine qui a foutu le camp, et le témoignage d’un siècle révolu, celui d’avant l’électronique : celui de l’acier, des trains, alambics et cuisinières à charbon, et des ouvriers en bleu à gueule noire. Mais bon, ça intéresse qui, une usine de boulets de charbon et ses dix ouvriers vieillissants ?

Portique

Enfin, Pour le moment, la grue est encore là, la flèche fièrement dressée vers le ciel. Sans être très haute, elle a tout de même une autre allure que les futurs mats des jouets de riches en plastique, qu’on parle déjà de parquer à la place de l’usine à charbon, quand il n’y en aura définitivement plus (le port dit de plaisance de La Rochelle étant saturé, et celui de Rochefort aussi, de ces camping-cars flottants qui ne naviguent jamais, mais ont partiellement pris la place de la Royale dans l’économie locale).

Une grue comme ça ne devrait pas finir à la ferraille. Mais d’un autre côté, dans le jardin, on n’a pas vraiment la place non plus.

Notes

[1Curieuse coïncidence, le numéro de cet article dans la base SPIP est le 201, son numéro de pensionnaire au lycée technique d’Angers, qui était gravé sur le rouleau de serviette et la boîte à cirage qu’il a gardés toute sa vie.

Messages

  • c’est beau ce qui sert à des métiers - c’est triste les jardins ratissés, dessinés, proprets et l’absence de travail

  • Et la tour de Mr Eiffel ? idem... A la mécanique, c’est beau, ça se palpe, ça sent, ça vibre, ça chouine, ça feule ; Bref c’est sensuel, le tournevis collé à l’oreille, tel un stéthoscope, pour voir d’où vient le problème...voila qui nous ramène à nos appareils à photographier. Si si la grue dans ton jardin avec la speed en bout de flèche à faire des super photos aériennes à faire pâlir le gars Artus Bertrand (j’aime pas trop), bonne idée non ?

    Voir en ligne : http://lapossonniere.canalblog.com

  • merci pour le 201 - ça me revient évidemment dès que tu le dis

    en cliquant sur commentaire précédent me suis aperçu qu’évidemment c’était l’usine à charbon

    hâte de voir les autres images

  • Bonjour,

    J’ai fait la connaissance de votre blog via celui de Christian Gaudin. Je viens de flâner sur la page dédiée à votre père René Bon. J’ai trouvé cette page très belle et très émouvante. J’écris moi-même un roman basé sur la vie de mon père entre 1920 à 1947, et puisque ce livre est attendu par un éditeur, il aura la chance d’être disponible en librairie. Je ne dis pas ça pour moi, mais pour mon père, qui le mérite. Envers ce grand aventurier, et qui a aussi débarqué en Normandie, j’ai un devoir de mémoire.

    François Bon est-il votre frère ? En passant, merci à lui pour ce petit film où Catherine Croquelois, ma muse d’outre-tombe, me fait un clin d’œil via une autre Catherine. C’est assez saisissant !

    J’ai aussi vu que vous avez écrit une biographie sur Bob Dylan. Si je leur disais ça, deux de mes enfants réclameraient tout de suite un poster vous représentant, tant ils sont dans le culte du personnage. Évidemment, il a aussi fait vibrer ma jeunesse. Y aurait-il moyen que je vous achète deux exemplaires, et que vous en dédicaciez un à Pierre Crèvecœur, et l’autre à Florine Crèvecœur ?

    Tout ceci étant dit, bravo aussi pour cet article-ci et vos photos. J’aime moi aussi flâner auprès des vieilles grues…

    • Oui, la page René Bon est d’autant plus belle qu’elle se trouve sur le blog de François (qui est bien mon frère...) et évidemment écrite par lui. Idem pour la bio de Dylan, c’est lui aussi... Mais la confusion est possible avec les liens hypertextes et familiaux ! J’ai l’habitude, avec l’autre frère c’est physiquement qu’on nous confond... Entre F et moi la différence (les 10 ans qui nous séparaient ne parsaissent plus beaucoup) c’est principalement la puissance de travail : lui c’est une genre locomotive à charbon, moi ça serait plutôt robot Moulinex.

      Merci de votre message. Références du bouquin quand il sortira ?