Café du Commerce
Accueil > Blog > Musique > Mamadou m’a dit

Mamadou m’a dit

23-06-2009

Ben voilà, d’ici quelques minutes/heures on aura plein de nouveaux ministres.

Ailleurs j’ai bien ma petite idée sur la question, mais je ne sais pas trop. Ce que je sais en revanche, c’est qu’à l’Éducnat ça fait plusieurs changement de ministres où l’on se dit : « au moins, il ne pourra pas être pire que le précédent. » Et à chaque fois : si.

J’ai pas trop envie de causer politique ce soir. Ça me fatigue, me démoralise, et on a mieux à faire que déblatérer sur les clowns de la Sarkozie et les petits enjeux de pouvoir sordides, de tous ces gens dont on aura rapidement oublié les noms même si leurs héritiers font écrire « ancien ministre » sur leur tombe.

Non, c’est juste que ce soir, mais pas seulement ce soir, souvent en ce moment, il y a quelqu’un qui me manque terriblement. Pas un politique, pas un théoricien, juste un chanteur.

Je l’adorais à 15 ans, et il ne se passe pas une semaine sans que je m’en écoute au moins un de ses albums dans le cagibi. C’est vraiment un vieux copain le père François.

On ne peut pourtant pas dire qu’il chante vraiment bien : ce n’est pas un chanteur comme Montand ou Reggiani, plutôt du genre bûcheron comme Félix Leclerc. On ne peut pas dire non plus, que ses musiques sont exceptionnelles : des anatoles. On ne peut pas dire enfin, que ses textes soient des merveilles de la langue : Nougaro, Gainsbourg, Brassens, étaient plus fins. Mais le père François avait pour lui cette sincérité, cette noblesse, cette révolte. Et puis une générosité, des tripes et « ce qu’il y a au-dessus, j’ose pas dire le nom parce que c’est ridicule », gros comme ça. À l’époque Bernard Lavilliers aussi incarnait la colère. Mais il y a longtemps que le Stéphanois a raccroché les gants : le biceps est moins ferme et il ne montre plus les crocs. Le père François lui, est mort debout, fatigué, un peu oublié, mais sans baisser la garde. En emportant son panache...

Et Anne ma sœur Anne, je ne vois personne, pour prendre la relève. Ce soir il me manque, le vieil ours. Vraiment. Et ce qui est terrible, c’est de se rendre compte que de toutes les turpitudes qu’il dénonçait déjà dans les années 70-80, rien n’a changé, sinon pour empirer. Mais plus personne pour les dénoncer en chanson, avec des mots tous simples et une grosse voix bien carrée.

Alors, à notre nouveau ministre de l’intérieur, encore inconnu à l’heure où j’écris, mais comme j’ai ma petite idée, et tant pis si je me trompe (ou plutôt, tant mieux), je dédie :

Messages

  • Brice, c’est Brice, on touche le fond !!!

    Mais alors dans les vestiaires de sport vont pas s’ennuyer , remplacer Bernard par Rama...
    Merci pour le chanteur !!!

    Voir en ligne : http://lapossonniere.canalblog.com

  • On en arrive à regretter la Chiraquie c’est dire si on est mal barrés...

    Voir en ligne : http://barbuzard.over-blog.com

    • Impossible de regretter la chiraquie, qui n’était que l’anesthésie avant l’opération ; ne soyez pas dupe, c’est un long processus (démarré sous Mitterrand) mais il pénètre très profondément.

      Merci pour François.

  • Rhaaa moi qui me revendique "chanson française", j’avais jamais entendu, ou bien j’ai oublié, ou y sentait pas bon, enfin, j’connaissais pas...
    il est excellent, ca me fait penser à férré, bein oui...

    merci

  • Ah François ! Que de souvenirs estudiantins liés à ses chansons que nous connaissions par coeur et que nous chantions en occupant les facs. La St Beranger était notre fête préférée (26 mai) et nous faisions courir le bruit de la création d’une nouvelle entité politique : le PCSPLP (Parti Communiste Sous Les Pavés La Plage) en hommage à Mai et une de ses chansons.http://cliketclak.skynetblogs.be/post/4693114/-sous-les-paves-la-plage-
    "Faudrait seulement enlever les pavés."
    Malheureusement les pavés sont toujours là et j’ai même l’impression qu’on a coulé du béton dessus.

  • Merci Jacques. Je ne connaissais pas. Je vais acheter la compil, car je suppose que les morceaux en public en 1977 avec JP Alarcen, faut pas rêver les trouver.
    Peux-tu me dire pourquoi les textes de tes billets sont masqués à gauche par les "étiquettes"-titres des rubriques du site ?
    Personne n’ayant l’air de s’en plaindre j’imagine que mes bécanes (boulot & dodo) n’ont pas ce qu’il faut pour te lire :-)
    Dernière remarque : bientôt les congés d’été, je vais pouvoir m’occuper des photos. J’adore l’autoportrait !

    • Si, l’album public 77 est disponible chez Futur-acoustic, même pas cher, 13€ je crois.

      Pour les pb du site : peut-être es-tu passée à un mauvais moment, j’ai pas mal bricolé les squelettes et feuilles de style ce week-end. On m’a signalé aussi que SPIP 2.0 passerait mal dans Internet Explorer, essaie avec Firefox, plus moderne et respectueux des standards ?

    • SPIP 2.0 Tu m’en diras tant.
      Je vais donc essayer Firefox, parce que ton site, c’est comme si j’étais sur un chantier dont je ne reconnais même pas les grues.
      Merci pour le tuyau Futur-acoustic.
      Amitié.