Café du Commerce
Accueil > Blog > Photographie > When I’m 64

When I’m 64

Demain le temps sera plus vieux

11-07-2009

Je me suis un peu calmé, et même beaucoup, sur les projets foufous : le détroit de Magellan, ou même le Pertuis breton, à la nage ; la plongée souterraine (que je pratique pourtant, par blog interposé) ; la Lune où je n’irai jamais mais dans laquelle je suis si souvent pourtant.

Même la Transplage cette année j’ai renoncé. Trop dur, l’année dernière, et trop d’apéros et pas assez d’entraînement, pour l’envisager raisonnablement. Ma transplage cette année, ça sera de la plage de la Vierge à la Grande plage de Fouras, 500 mètres à tout casser, 1 km aller-retour, et ça me suffira.

C’est pas pour autant qu’on renonce à tous ses rêves. J’ai toujours dans un coin du cœur, l’invitation de Brice à arpenter avec lui les grandes salles de la Pierre Saint-Martin. Ça se fera un jour. Et le seul fait de savoir que c’est possible, rend la vie meilleure.

Je me dis bien aussi qu’un jour, je me remettrai sérieusement au piano et à l’orgue, que ça occupera ma retraite (en plus, c’est un passe-temps pas cher) et que les Variations Goldberg n’ont qu’à bien se tenir.

Que je monterai, un jour, dans le cagibi, un monstrueux synthétiseur analogique plein de boutons et de câbles, dans le genre de celui-ci :

Studio44s

Et autres trucs du même genre.

Mais de plus en plus, j’envisage mon avenir différemment, et il y a quelques mois, une image au détour d’un forum m’a interpellé. Je me suis dit : « ça, c’est moi, dans quelques années ». Gros, bigleux, barbu, en queue de chemise, mais les pieds dans l’eau et derrière un appareil photo. J’ai déjà tous les éléments de la panoplie, ne reste qu’à les cultiver un peu.

Clyde Butcher

J’ai creusé un peu et trouvé qui était ce type : Clyde Butcher, un photographe américain, dans la grande tradition des paysagistes depuis Ansel Adams. Non pas que ce soit mon photographe préféré, ni même un de mes préférés, bien qu’il fasse du très bon boulot. Non, c’est juste que de cette image émane quelque chose qui me rassure : on doit pouvoir être vieux, gros, barbu, perdre son froc, être bigleux et cependant heureux, pour peu qu’on ait les pieds dans l’eau et un bel appareil photo pour jouer avec.

Le seul truc qui me gêne, c’est l’idée des sangsues. Mais à ça aussi, on doit pouvoir s’habituer.

Messages

  • Juste pour vous remercier de ne pas venir nager ce soir, ce sera ma seule course de l’année. Une classe de [pas] drôles, j’ai dû renoncer à l’entraînement du mercredi et aux courses pour avoir quelque énergie le lendemain. Je sais que d’autres nageurs du GSMP ne viendront pas ce soir … J’apprécie énormément que celles & ceux qui sont devant moi, se désistent … Ça va peut-être me remonter le moral !

    Le 22 mars, j’ai reçu mes prévisions de retraite … Je ne m’en suis pas encore remise. Je traîne avec moi, les montants … et le premier qui me parlera des avantages des fonctionnaires MANGERA la feuille.

    Pourtant, question embonpoint du Monsieur, j’avais déjà des longueurs d’avance ! (Si besoin n’hésitez pas, je peux en donner !)

    Un seul objectif (comme d’habitude) : finir la course en espérant qu’il n’y ait pas de vagues … Bref, que je ne m’échoue pas comme une baleine à l’arrivée. Je compte sur vous pour lever le verre à l’heure de l’apéro et invoquer Sainte Rita (Patronne des causes désespérées)

    Moi, c’est nager entre les isles Scilly qui me fait rêver (Je n’y suis jamais allée)

    • Mes pensées t’accompagnent... Je regrette bien un peu de ne pas être des vôtres, mais je n’ai même pas d’excuse autre que mon inconséquence... Allez, encore un p’tit coup d’palme... et un p’tit coup d’bras... Et un p’tit coup d’palme... La cale est en vue !

    • Mer calme, entre troisième et quatrième heure marée.
      1 h 02
      Les Paimpolais(es) ont tout raflé !

      Qu’importe je l’ai fait.

      L’année prochaine qui sait ? Au pire, il y a un canapé dans le salon pour éviter de faire la route.

    • BRAVO !!! L’année prochaine j’y serai, promis ! Déjà, je vais refaire du vélo pour aller au travail, c’est meilleur que la voiture.

  • marrant, il y a 15 jours hébergé par ma fille aînée ai piqué chez elle Sergeant Pepper’s et l’ai transféré sur mon iTunes, l’ai réécouté 2 ou 3 fois depuis en me laissant aller aux souvenirs 1967 - c’est beau cet homme qui photographie, sorti tout droit du marais mental que tous on porte - on voudrait être observateur objectif du monde, on n’arrivera pas - on n’a pas le droit - il faut aller au contact, il faut s’offrir aux sangsues (tu dois pas te souvenir, place Leclerc, dans le grenier, il y avait une cagette remplie de mini bocaux ventouse spéciaux pour l’application de sangsues, qu’on n’a jamais osé jeter, là c’est l’odeur qui me revient plutôt, et les toiles d’araignée sur la fenêtre)

  • ce serait possible peut-être de placer par montage son propre visage à la place du sien, et méditer le soir en se regardant soi-même à sa place ?

    • Oui, on peut aussi imprimer en grand, découper un ovale, et mettre le tout en face d’un miroir. Il ne reste plus qu’à mettre la tête dans l’ovale, et se regarder dans la glace. Ça marche aussi avec la photo d’Alice en mendiante de Lewis Carroll, mais le résultat peut surprendre.

  • Salut, rien à voir avec l’article mais je suis passé à coté de chez toi dans la nuit du 6 au 7 pour monter à Nantes pour les RMLL.
    bref, en voyant le panneau, j’ai pensé à toi, evidemment, (et aussi à mon ex, du meme patelin).

    et quelques kilometres plus tard, il y avait "l’autre" Bon sur France Inter dans une emission... c’est beau çà !

    Bonne continuation.

    • Moi aussi j’ai entendu parler de F. sur France-Inter, plus exactement de son site ; j’étais sur l’autoroute, rentrais de Sologne vendredi 17.

      Firefox, je m’en sors pas ; le contraire m’eût étonnée (c’est moi que je dénigre, pas Firefox).