Café du Commerce
Accueil > Blog > Vie minuscule > No sport

No sport

Combiné rochefortais, 1/4

14-09-2010

"No sport !" — Winston Churchill, réponse à un journaliste lui demandant le secret de sa santé.


Vous savez que je suis un sportif. Enfin, je ne sais pas si on peut appeler ainsi, quelqu’un qui fait un peu de sport, mais qui n’aime pas vraiment ça.

Disons que la natation m’a sauvé de gros problèmes de dos il y a quelques années (une hernie discale carabinée), et qu’en reconnaissance je continue à lui sacrifier un peu de mon temps et de mon énergie, en mono ou bi-palmes, ou sans rien. Mais je ne nage pas assez bien pour y prendre réellement du plaisir. C’est toujours fatigant, et que ce soit en piscine ou en rivière, ou en mer, quand je nage, je m’emm... Alors je pense plutôt aux photos géniales que je ferai un jour, aux photos médiocres que j’ai seulement faites jusqu’à ce jour, ou aux bêtises que je vais écrire sur le blog, avec une certaine hâte d’arriver et d’en finir (en rivière, je nage beaucoup mieux au retour, indépendamment du courant...)

Et cet été en plus de nager, je me suis remis à courir. Je me moque pourtant suffisamment à belle année, de tous ces pauvres types qui courent après leur jeunesse sans pouvoir la rattraper, pour être conscient de la vanité et du ridicule de la chose. Mais bon. Le tableau n’était pas joli-joli dans le miroir de la salle de bains, et entre les privations de tout ce qu’on aime (notamment le chocolat et le pur malt) ou l’effort idiot, je préfère encore l’effort idiot.

Donc, quand je cours aussi, je m’emm... et pense à autre chose, en attendant la douche et le moment béni quand même où le flot d’endorphines (il est joli ce mot, la petite qui se shoote avec ça tous les jours de la semaine me l’a appris hier) se déverse dans mon organisme. Et ensuite, place à la vraie vie, seul devant l’écran, avec juste une sensation de bien être inhabituelle. Et le plaisir continue le lendemain avec les courbatures parce que par flemme on ne s’est pas assez étiré en fin de séance.

Alors non, je ne suis sans doute pas un vrai sportif. Aussi pour me bouger le postérieur, j’ai de temps en temps recours à un moyen qui fonctionne assez bien, le petit défi personnel : « t’es même pas cap. »

C’est comme ça qu’on a fait avec mon pote Barnabé quelques traversées de lac ou de bras de mer idiotes il y a quelques années ; que j’ai passé le BNSSA, un brevet de sauvetage aquatique assez raide quand même, et qui ne me sert à rien, à un âge presque canonique au milieu de jeunes compétiteurs de 18 ans (je l’ai eu grâce au fort coefficient en législation, que j’avais bien apprise, ce qui a rattrapé mes performances en natation...) Participé plusieurs fois à la Transplage puis rien jusqu’à l’année dernière pour les 10km de Tonnay-Charente, la course à pieds populaire annuelle de la commune. Ça ne va pas chercher bien loin ; mais aussi on adapte le défi à ses moyens : la traversée souterraine de la Pierre Saint-Martin, ou de la Manche à la nage, non ça ne sera pas, hélas, dans cette vie. Sans doute.

Alors il y a une quinzaine, j’ai décidé de participer au combiné rochefortais, un genre de triathlon soft qui se joue à deux, un nageur et un cycliste :

- le nageur court 7km ;
- le cycliste roule 35 bornes ;
- le nageur nage 600m (normal, sinon ça serait pas un nageur) ;
- le cycliste court 3,5km.

J’en ai parlé à mon pote Gilou, qui en plus d’être photographe, est marathonien, et roule un peu à vélo : il cherchait justement une occasion de se remotiver pour le vélo et était partant.

Je me suis bien entraîné, enfin, autant qu’on peut avec un genou qui coince, une épaule déchirée en essayant de s’extraire un peu brusquement de la combinaison de nage, et les sarcasmes de toute la famille.

J’ai passé la nuit en veillée d’armes comme les chevaliers du temps jadis avant leur adoubement : sans dormir, ou peu, de 5 à 8, et encore plutôt mal.

Et puis le dimanche matin, Gilles m’appelle : il a un torticolis carabiné, complètement coincé, pas question pour lui de courir ni de rouler. Ça commence bien, le combiné rochefortais.

(à suivre)

Messages

  • J’adore ce texte ! C’est un plaisir de te lire Jacques.

    Les torticolis des fois ça dure, ça dure :)

    J’aime beaucoup les portraits Mères-filles que tu as faits.

  • aaah ... mais c’est quoi ce suspens ... tu fais dans le feuilleton maintenant ? J’attends la suite très vite !

    • Je viens de voir 1/4, que je n’avais pas su lire ce matin .
      Nous aurons peut-être 4 épisodes au feuilleton :)
      Autant que tu veux, en tout cas, c’est un régal.