Café du Commerce
Accueil > Blog > Archives 2005 > Zigomar

Zigomar

01-10-2005

Ceux qui ne jouent pas de piano ignorent sans doute l’amour – de ressentiment mêlé – unissant le pianiste à son instrument. Ils ne savent pas que les pianos parlent ou restent lèvres closes, qu’ils manquent, vieillissent et meurent.

Michel SCHNEIDER, Glenn Gould, Piano Solo.

Vous n’êtes pas sans avoir pris connaissance, sur ce site aussi fameux que réputé et bien fréquenté, des nombreuses chroniques et même de la page, consacrées à mon objet fétiche, mon piano Pleyel n°127506 de 1903.

Donc, nous acquîmes, voilà un an et demi, d’un honorable marchand de pianos breton, un splendide demi-queue, « dans un état exceptionnel, refait entièrement il y a quinze ans, et je vais vous le bichonner. » C’est vrai que dans la grange obscure où il était, au milieu de quarante autres carcasses d’autres Pleyel, Gaveau, et autres Petrof, il ne payait pas de mine. Mais ses basses étaient profondes, veloutées, et il était comme un toutou de la SPA : on ne pouvait pas le laisser là ce piano, c’est nous qu’il attendait.

Évidemment ça fait longtemps qu’on rêvait d’un grand piano. Moi parce que si jétais mauvais pianiste c’était faute d’avoir un piano à queue, la petite pour cause de compte à régler avec son enfance, le Pleyel de la maman dans le salon et les profs neuneu se succédant devant la Méthode rose et le Gai laboureur. Pour autant on n’envisageait pas d’y mettre la somme demandée, mais intimidés on n’a pas osé discuter ; comme à ce moment-là on achetait aussi la maison, un poil de crédit en plus sur quinze ans et voilà. Il emménageait en même temps que nous au bord de la Charente. Bien crassou, collant, le piano. Pas vraiment bichonné mais bon : Monsieur Bricolage bat sa femme parce qu’elle ne vend pas assez de laine d’acier. Donc, laine d’acier, Mirror et huile de coude, quelques heures après le piano ressemblait enfin à un piano.

Les problèmes ont commencé quand l’accordeur local est venu et nous a démonté tout le rêve : les marteaux étaient usés, les cordes mal montées, rouillées, il ne sonnait pas, il manquait des pièces, d’autres n’étaient manifestement pas d’origine Pleyel. Enfin on verrait bien. Quinze jours après c’est des bâtons d’échappement qui cassaient. Vous ne savez sans doute pas ce qu’est un bâton d’échappement moi non plus jusque là. Enfin le vendeur a pris la réparation à sa charge.

Et puis au bout de quelques mois l’évidence : il ne tenait pas l’accord le piano chéri... Courriers, téléphone, l’honorable marchand de pianos breton m’assure qu’il va changer le sommier et les cordes, ou plutôt les faire changer directement à l’usine Pleyel d’Alès, comme ça j’aurai le top du top. OK.

En fait d’usine Pleyel le piano est parti à Reims, où on a effectivement changé le sommier et cordes, et même redoré le cadre. « Heuh, par contre... Ça m’embête de vous le demander... Mais le transport c’est pour vous. » Gasp. C’est loin la Haute-Marne. Enfin, si il est refait à neuf, c’est un moindre mal.

La semaine dernière, donc, le piano chéri est revenu. Archi faux, normal après le transport et avec des cordes neuves. Le gentil accordeur est dès venu le lendemain, a fait le nez sur le sommier mal percé « ils ont bâclé, c’est vraiment dommage sur un piano comme ça... enfin on verra bien ».

Deux jours après le piano était toujours aussi faux, normal avec des cordes neuves, il faut des mois pour la mise en tension. Retour à la case départ.

C’est là que le nom s’est imposé. Ceux qui ont vu l’excellent film Liberté Oléron comprendront : Zigomar. Zigomar, c’est le nom du bateau qu’achète Bruno Podalydès, avant de le rebaptiser Liberté Oléron et que le rêve ne se transforme en cauchemar. Depuis je ne l’appelle plus que comme cela, mon beau piano muet. Et la petite, qui connait son Podalydès sur le bout du doigt, a eu l’idée de génie : « ce qui lui manque à Zigomar, c’est un winch ici. Et puis un autre de l’autre côté ».

Ce grand week-end, c’est décidé, on va voir la maman au Sables d’Olonne. Et comme elle habite à côté de la coop’mar, on ramènera un winch. Et puis non, soyons audacieux : deux winches.

Zigomar

P.-S.

Pour ceux qui ont suivi jusqu’ici, un petit bonus !