Café du Commerce
Accueil > Blog > Archives 2006 > Ça fait désordre

Ça fait désordre

15-10-2006

Une fois n’est pas coutume, je vais piller un autre site, le blog de Thierry Stoehr sur les formats ouverts ; je pense qu’il ne m’en voudra pas. Donc, c’est de son site que je tiens cette info, et m’en vais tenter de vous la narrer sans trop plagier Thierry, mais plutôt en tentant de prolonger son jeu d’écriture avec une piste qu’il n’a pas explorée : la conversation de café du Commerce. C’est aussi une histoire qui a fait le tour du web, et qui ressemble à une légende urbaine. Sauf qu’elle est vraie.

Si vous avez mon âge, ou plus vieux, vous avez sans doute comme moi, certain 21 juillet 1969, regardé à la télé les premiers pas de Neil Armstrong et Buzz Aldrin sur la lune. Sans doute comme moi aussi, vous avez décidé cette nuit-là, de devenir astronaute à votre tour. Sans doute comme moi enfin, vous avez dû changer d’orientation en cours de route, et regardez toujours la lune d’en bas en soupirant que ça doit être bien de se balader là-haut.

Rappelez-vous ces images. Pas les belles photos à l’Hasselblad ramenées sur terre ensuite, non : les images de la télé. Il doit revenir dans votre mémoire le pied du LEM, flou, et la forme incertaine d’Armstrong descendant l’échelle. Quelque chose comme ça :

Armstrong LEM

Oui, effectivement on ne voyait pas grand-chose, et heureusement que les astronautes ont ramené aussi, de belles photos (j’ai eu des années, le poster de Buzz Aldrin au-dessus de mon lit, celui avec le reflet d’Armstrong et son Blad dans la visière du casque). Mais ce que vous ne saviez peut-être pas, c’est que le LEM envoyait à la terre, des vidéos d’une bien meilleure qualité. Ce signal en haute définition (pour l’époque) était dans un format inutilisable pour la diffusion télé. Il était donc envoyé à la fois vers un enregistreur (pour archivage sur bandes magnétiques), et vers un « scanner », en fait un simple moniteur filmé par une une caméra de télé, dont le signal pouvait, lui, être diffusé mondialement. Mais au prix, évidemment, d’une qualité très dégradée. Si vous avez déjà tenté de filmer ou photographier votre écran de télé cela ne vous surprendra pas outre mesure.

Et alors, me direz-vous ? Et bien, le hic, c’est que les bandes originales en haute résolution, celles des premiers pas sur la Lune, ce petit pas pour l’homme, ce bond de géant pour l’humanité (avec le recul je ne suis pas si certain que cela, que l’humanité ait tant progressé), enfin ces bandes vidéos donc... Et bien elles sont perdues, comme vous et moi avons perdu la boîte à chaussures qui contenait les photos des vacances à la Tranche sur Mer en 1972 ou de l’anniversaire de Mamie Jacqueline, vous savez bien, le jour où Pépé avait bu un coup de trop et s’était cassé le pouce en tapant du poing sur la table.

Pourtant, la NASA, c’est une grosse boîte. Ils ont des services d’archives aux États z’Unis, comme chez nous, avec des z’archivistes dont c’est précisément le métier d’archiver les documents d’histoire [1]. Ben non, les bandes elles sont perdues. Bah, une de perdue dix de retrouvée me direz-vous ? Et on va sans doute remettre la main dessus ? Oui peut-être. Sauf que : le seul appareil au monde capable de lire ces bandes, si on les retrouve, se trouve dans le Data Evaluation Lab (DEL) du centre spatial de Goddard. Et que, précisément, ce laboratoire doit fermer définitivement ses portes, ce mois-ci, sans qu’on sache ce qu’il adviendra de la machine à lire les vidéos de la lune. D’autant que les enregistrements analogiques sur bandes magnétiques se dégradent rapidement avec le temps, et que ceux-ci auront bientôt quarante ans. Donc, les premiers pas d’Armstrong sur la lune, ben il faudra sans doute se contenter à tout jamais de ce qu’on en a vu à la télé.

Je sais, il y a des choses bien plus graves au monde. Le président des États z’Unis a d’autres chats à fouetter, que les bandes perdues d’Apollo 11, et d’ailleurs la Lune ça n’intéresse plus personne, que ceux qui sont souvent dedans et la regardent d’en bas, le soir au fond du jardin, en se disant que quand même, ça serait bien d’aller faire un tour là-haut.

Photo NASA

Liens


- La page de Thierry Stoehr ;
- Le document de référence (PDF, anglophone) ;
- le communiqué de la NASA.

P.-S.

Mise à jour, Juillet 2009 : les bandes originales sont considérées comme ayant été effacées. La NASA a entrepris une restauration des bandes de diffusion issues de la caméra télé, de moins bonne qualité que le signal original, mais de meilleure que les images diffusées à l’époque. http://en.wikipedia.org/wiki/Apollo_program_missing_tapes

Notes

[1Comme disait mon prof de lycée, l’excellent Jean-François Comte, que je salue au passage.