Café du Commerce
Accueil > Photo > Parisian thoroughfare > Écluse de l’Arsenal

Écluse de l’Arsenal

19-01-2016

« À 14 heures, à la maison d’écluse », avait dit l’ingénieur.

Maigret était en avance. Pourtant il n’avait pas pris de taxi ; le boulevard Richard Lenoir étant tout près, exceptionnellement il était rentré déjeuner chez lui. Heureuse de cette occasion, Mme Maigret avait préparé une de ces blanquettes dont elle avait le secret, avec les herbes de leur maison de Meung, et l’odeur de mijoté avait saisi le commissaire avant même d’arriver sur le palier. Il esquissa même un sourire en pensant que très probablement une bouteille de Saint-Nicolas, qu’il achetait au propriétaire, aurait été montée de la cave et l’attendait à la juste température : un dimanche en semaine, en somme, pensa-t-il.

Maigret avait repris deux fois de la blanquette, et avait éprouvé le besoin de marcher un peu ensuite.

Le brouillard du matin s’était dissipé tardivement. En quittant la PJ un peu avant midi il faisait encore frais, et le soleil ne pénétrait que parcimonieusement dans leur appartement. Il était reparti en gardant son gros pardessus et son chapeau, et l’avait vite regretté. Il suait abondamment dès la place de la Bastille, et en profita pour faire une halte à l’ombre d’une terrasse.

Décidément il faisait trop chaud pour un café, qu’il avait déjà pris avec Mme Maigret. Il se décida pour une fine à l’eau, avant de reprendre sa marche.

En arrivant devant la maison, il avait encore quelques minutes d’avance. Un rayon de soleil descendait du pont, passait à travers les feuillages et illuminait joyeusement le bord de la façade plutôt triste sinon. Une fenêtre était ouverte à l’étage, du moins elle n’avait pas de volets. Mais la porte était fermée et personne ne vint lui ouvrir quand il frappa lourdement, à son habitude.

En attendant l’ingénieur il bourra une pipe et regarda la lame d’eau couler sur le déversoir, en pensant aux parties de pêche qui l’attendaient à Meung-sur-Loire, et à sa prochaine retraite, qu’il attendait avec impatience. Il en avait tant vu, des écluses. « Fichu métier », grommela-t-il.

JPEG - 125.7 ko
Écluse de l’Arsenal, Paris, 2015

Photo(s) J.Bon, licence CC-BY-NC-SA
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0