Café du Commerce
Accueil > Photo > Ces petites choses > Élodie, Lili-Rose

Élodie, Lili-Rose

24-01-2016

A vida e arte de encontro


« A vida e arte de encontro : la vie, c’est l’art des rencontres », selon Vinicius de Moraes. Pierre Barouh ajoute malicieusement dans sa Samba Saravah, que le poète brésilien (et grand amateur de whisky) savait de quoi il parlait puisqu’il s’est marié neuf fois.

Alors voilà, c’est l’été en Corrèze, où j’essaie avec persévérance et même obstination depuis une dizaine de jours d’apprendre à voler en deltaplane, un vieux rêve mais passé les cinquante balais c’est pas très évident. Et pour une raison ou une autre, trop ou pas assez de vent, ou vent dans le mauvais sens, on a quartier-libre l’après-midi.

De toute l’année les palmes ne quittent pas le coffre de la voiture ; direction un plan d’eau pas trop loin pour nager un peu, et à voir l’état de mes genoux je suis pour le moment plus à l’aise dans l’eau que dans les airs.

Le copain avec qui je suis venu est resté sur la plage à smartphoner, on s’apercevra ensuite qu’on avait avait posé nos serviettes sur un nid de guêpes ; je pars bravement traverser le lac, ça doit faire dans les deux-cents mètres, pas un exploit mais on est toujours content d’aller d’un point à un autre à la nage.

En plus des palmes j’ai pris les lunettes, le tuba frontal, donc je nage le visage dans l’eau et ne relève la tête que pour vérifier ma direction tous les quatre ou cinq mouvements. Et l’eau est assez trouble, jaunasse.

C’est au retour, en arrivant à la berge, qu’en sortant la tête du lac je me retrouve le nez à quelques centimètres des fesses de rêve d’une créature qui l’est tout autant dans son ensemble, accompagnée d’une génisse dubitative à qui elle essaie d’apprendre à nager.

Je bredouille un bonjour, des excuses, et vais m’asseoir avec mon pote, le cul sur le nid de diptères, en regardant les demoiselles du coin de l’œil (surtout l’une). Dans le rôle du maître-nageur adjoint il y a aussi un jeune et beau gars que je suppose être le compagnon de la créature de rêve. Cela ne me contrarie pas, l’écart générationnel étant trop grand pour même fantasmer quelque aventure du côté de la jeune femme, et puis je suis déjà en couple avec la Plus belle fille du monde.

Au bout d’un moment, je suis plutôt du genre timide, je n’y tiens plus et toujours en maillot de bain (et en rentrant le ventre, même quinqua on a sa fierté) vais lui demander bien poliment si elle permet que je la prenne en photo avec la vache, vu le caractère insolite de la scène.

Elle accepte avec gentillesse ; j’ai avec moi le compact numérique, le smartphone (pratique pour lui donner la photo de suite) et au fond du sac le petit Minox argentique chargé en Ilford HP5, qui ne sert pas très souvent mais me suit partout. Au début je n’y pense pas vraiment au Minox, l’idée c’était plus une photo couleur pour faire sourire les copains sur Facebook, qu’une photo en noir et blanc pour lesquelles je préfère l’argentique.

Mais après une douzaine de photos en numérique je ferai quand même deux vues sur film noir et blanc, sans trop d’attente quant au résultat d’autant que la scène est à contre-jour et la lumière d’après-midi assez crue. Mais le Minox est un appareil magique qui se sort de toutes les situations, et surtout, il fait des photos quand les autres appareils sont restés à la maison parce qu’on n’avait pas prévu de faire des photos ou envie de s’encombrer d’un boîtier.

On bavarde un peu avec Élodie puisque c’est son prénom. J’apprends qu’elle est cavalière, passionnée de dressage et de voltige, vient d’ouvrir un centre équestre à Hautefage, que sa copine bovine répond au doux nom de Lili-Rose, qu’elle l’a depuis sa naissance élevée comme un chien ou un poulain, et que les chevaux aimant l’eau, elle voulait voir si Lili-Rose pourrait l’aimer aussi. D’après ce que j’ai vu, ça n’était pas gagné.

Je mettrai comme ça m’arrive souvent, plusieurs mois (cinq) avant de développer le film, en même temps que huit autres, et trouverai ces deux photos en fin de pellicule : je ne me souvenais même plus les avoir prises. Elles avaient comme un parfum d’été et de vacances, dans une période hivernale plutôt noire côté actualité.

Du coup et sur commande de la Plus belle fille du monde, j’en ai fait un tirage (argentique aussi) 30x40cm. Je n’avais pas touché mon agrandisseur ni les produits de développement papier depuis des années et ne pensais pas m’y remettre de sitôt, n’en avais même pas l’envie. Mais elle insistait, et finalement c’est comme le vélo, ça ne se perd pas, et se remettre dans l’ambiance de la chambre noire ce fut un plaisir à nul autre pareil. Quant au tirage au sélénium maintenant encadré au-dessus de son piano, avec le beau grain sensuel du film, c’est vraiment autre chose qu’une imagette sur écran d’ordi : du coup ça redonne envie de refaire du tirage, et encore des photos.

Dans la foulée, réalisé aussi un tirage plus petit pour moi, et un pour Élodie, qui est soigneusement emballé, et attend depuis trois semaines sur mon piano à moi, que je le dépose à la poste : le plaisir de l’argentique, c’est aussi et avant tout de prendre son temps, en toutes choses. Et de découvrir les images quand on ne les attendait plus.

JPEG - 91.9 ko
Élodie et Lili-Rose, lac de Feyt, juillet 2015

Photo(s) J.Bon, licence CC-BY-NC-SA
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0