Café du Commerce
Accueil > Blog > Archives 2006 > L’Amérique de GWB

L’Amérique de GWB

19-10-2006

Volontairement je m’impose généralement deux contraintes au café du commerce :
- ne pas parler de mon travail (parce que justement, je pratique ce site comme loisir) ;
- rester dans l’anecdotique, le léger, parce que c’est la seule façon d’éviter de dire trop de bêtises sur des sujets qu’on ne maîtrise pas, et que d’autres traitent avec bien plus de connaissances et de talent.

Je vais faire exception aujourd’hui, à double titre :
- parce que l’info dont il est question, je l’ai entendue à l’école (faisant toujours beaucoup de choses en dernières minutes, j’écoute aussi la radio le matin sur Internet avant que les élèves n’arrivent dans la classe) ;
- parce qu’elle m’a fait froid partout et qu’il fallait que ça ressorte.

Donc voilà... Vous savez, ou ne savez pas, que j’aime l’Amérique. L’Amérique de Wenders (un Allemand), l’Amérique de Billy Wilder, de Chaplin, l’Amérique de Gene Kelly et aussi celle de Clint Eastwood. J’aime l’Amérique de Wally Schirra, Neil Armstrong, Tony Hillerman, Gershwin et Fred Astaire. L’Amérique, enfin et toujours en vrac, de Charlie Parker, de Miles Davis et Chet Baker. Et Billie Holiday bien évidemment.

J’aime un peu (beaucoup) moins son président, même si chez nous en France on a aussi nos démagogues pas vraiment sympathiques, voire carrément répugnants, on est quand-même, pour le moment encore, finalement mieux lotis que nos amis russes ou ricains.

Voilà donc, en guise d’apéritif, ma contribution bistrotière à ce que j’ai entendu ce matin, et que je livre à votre méditation : Bernard Guetta, France Inter, jeudi 19 octobre 2006

Guantanamo

Photo US Department of Defense, sur http://web.amnesty.org/