Café du Commerce
Accueil > Blog > Vie minuscule > 5 bonnes raisons (et plus) d’essayer le deltaplane

5 bonnes raisons (et plus) d’essayer le deltaplane

01-03-2016

Tombé sur ça hier dans mon Facebook :

Cinq bonnes raisons d’essayer le delta ? C’est pas assez. Alors je continue.

6e bonne raison : tu en rêves depuis que tu as vu "Intervention delta" avec James Coburn quand tu avais 13 ans.

7e bonne raison : quand tu es jaloux d’un(e) pianiste ou bassiste qui joue comme tu ne joueras jamais, tu peux toujours te dire que oui, mais lui (elle) ne sait probablement pas voler en deltaplane.

8e bonne raison : comme tu habites un coin plat de chez plat, et qu’on ne vole pas trop l’hiver, tu as presque toute l’année pour rêver aux superbes vols que tu feras l’été prochain dans des paysages de rêve, ce qui ne coûte pas un rond.

9e bonne raison : tu peux mettre mettre ta photo sous le delta dans le soleil couchant en photo de couverture FB, et montrer comme ça à tous tes potes facebook que tu fais du delta malgré ton âge avancé, donc tu es un mec hyper cool.

10e bonne raison : tu as plein de nouveaux amis FB qui postent plein de photos et de vidéos de delta, qui te font rêver les longues soirées d’hiver.

11e bonne raison : c’est moins compliqué, technique et onéreux, et sans doute moins dangereux que la plongée souterraine, et même moins salissant que la spéléologie classique.

12e bonne raison : quand tu fais du cerf-volant sur la plage, t’imaginer accrocher dessous décuple le plaisir (et tu peux prendre des risques, que tu ne prendras jamais en delta).

13e bonne raison : un delta c’est infiniment moins onéreux à l’achat et moins compliqué à l’entretien qu’un bateau de plaisance, qu’un avion, une navette spatiale (et sans doute même qu’une moto).

14e bonne raison : tu regardes les parapentistes avec la même condescendance apitoyée qu’une diva regarde une candidate de "The Voice", ou qu’un photographe argentiste regarde un photographe numériste.

15e bonne raison : quand tu veux expliquer que quelque chose te fout la trouille, tu trouves toujours la bonne image : "c’est comme décoller en delta, tu vois, tu sais que tu es bien accroché, que le truc va te porter, que ça va bien se passer, mais bon, tu comprends..." même si en fait tu es le seul à comprendre, et ressentir la petite giclette d’adrénaline dans la poitrine, rien que d’en parler.

16e bonne raison : tu ne considères plus les oiseaux comme avant. Sauf les pigeons, qui restent aussi cons.

En fait y’a plein, plein, de bonnes raisons, d’essayer le delta.