Café du Commerce
Accueil > Blog > Archives 2007 > Un beau vélo

Un beau vélo

09-04-2007

Dimanche matin je suis allé porter des cartons à la déchetterie. Ça m’énerve toujours un peu de faire ça le dimanche, de penser que des types doivent bosser pour que nous on puisse le dimanche jeter nos merdes, au lieu de rester tranquille en famille à ouvrir les huîtres et prendre l’apéro.

En même temps bon, ça dépannait bien ce jour-là, vu que les cartons étaient encombrants et que nous on avait justement le temps.

Enfin c’est pas de la déchetterie que je souhaitais vous entretenir aujourd’hui, mais des pompes funèbres. Le lien, c’est que pour aller à la déchetterie, la route était coupée, et donc déviation devant le magasin susdit.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais du côté de la mort c’est un peu comme pour les autres commerces : fini les petites boutiques en face du cimetière, maintenant vous trouvez Borniol dans la zone à côté de Décathlon, Super-U et Gam’Vert, et extérieurement pas grand chose ne les distingue, sinon les gros ventilos sur le côté du bâtiment funèbre, parce que plus que nous encore, les morts ont besoin de clim, surtout l’été. C’est comme ça.

Après-tout ça arrange tout le monde : le commerçant parce qu’il a de la place pour ses produits, et le client pour garer sa voiture. Déjà que c’est pas marrant de gérer la mort, si en plus on doit chercher une plombe à garer la voiture pour choisir le cercueil ou jeter un oeil à quoi ça ressemble une personne qu’on a connu quand la vie n’y est plus, là c’est carrément la galère. Donc, c’est bien, que les pompes funèbres soient entre MacDo et la Foir’fouille.

Pardonnez si j’y mets un peu d’ironie ; c’est pas de l’irrespect, mais dix ans de sapeurs-pompiers m’ont un peu familiarisé avec la Camarde, qui ne m’impressionne plus vraiment comme avant. D’autre part, sachant qu’elle aura in fine le dernier mot, on peut bien s’amuser un peu, à lui semer des fleurs dans les trous de nez. Enfin, je n’ai rien contre les pompes funèbres : il faut bien des professionnels compétents pour assister les familles dans ces moments-là, ce qu’ils font généralement bien ; en plus c’est un secteur de l’économie qui ne manque pas d’avenir. Ou du moins, la pénurie de matière première n’est pas à craindre.

Je reviens à mes moutons : c’est donc pas pour dégoiser sur les pompes funèbres que je prends le clavier, mais sur un truc marrant vu en allant donc jeter mes cartons.

En ce moment tous les commerçants de la zone industrielle font des promos. Au Gam’Vert, c’était la fête du Labrador, et si on amenait son chien, on gagnait des croquettes. On n’a pas amené Tintin, mais on a eu quand même des échantillons gratoches. Quand j’ai changé la semaine dernière l’écran du PC (avec notre âge à tous deux et le temps passé ensemble, ça devenait nécessaire pour mes yeux), le vendeur m’a expliqué que je devais mettre mon nom dans l’urne pour gagner un beau vélo. Idem dans tous les magasins de la zone.

Et donc, dans la vitrine du magasin de pompes funèbres, il y avait le même vélo, que dans la boutique d’informatique. J’en ai donc déduit qu’ils participaient aussi, à l’animation commerciale, et que chez eux aussi, on pouvait glisser son petit bulletin dans l’urne (funéraire ?) et donc gagner un beau vélo.

Imagine ça d’ici : tu viens pour l’enterrement de ta grand-mère, tu choisis un beau cercueil avec des poignées qui brillent, et puis on t’annonce avec courtoisie et compassion que tu viens de gagner un beau vélo. Bon, t’as perdu Mémé, mais gagné un vélo, tu n’as donc pas perdu ta journée, et c’est comme un dernier petit cadeau de l’aieule. Merci Mémé. On peut être dans la douleur, et écolo.

Et puis, en tout bien tout honneur : j’ai bien regardé le vélo, chez Borniol : noir qu’il était. C’est classieux, pour les visites au cimetière. Faudra que je regarde, si celui du Gam’Vert est vert, et celui du MacDo, rouge et jaune.