Café du Commerce
Accueil > Blog > Cacas nerveux > Décomplexée

Décomplexée

08-05-2007

Si vous avez lu l’article d’hier, je vous présente mes excuses, car je vous ai donné une fausse information.

En effet si Nicolas Sarkozy est bien à Malte, ce n’est pas pour y réparer des vélos, torse nu et avec un short noir, en échange du poisson ramené par les pêcheurs.

Non, non, il est lui-même sur un bateau. Beau bateau ma foi, Paloma, 60 mètres de long et 17 hommes d’équipage si j’ai bien lu. Sans doute préfère-t-il pêcher lui-même le poisson, et peut-être ne sait-il pas dévoiler les roues des vélos.

Je vous entends d’ici : ça y’est, critique facile, sujet people, politique de Café du Commerce etc. Et bien oui. D’abord ce site s’appelle comme ça, alors aimez-le ou quittez-le. Et puis je trouve que cette information n’est pas du tout, mais pas du tout anecdotique.

Que le futur président éprouve le besoin de se reposer après la campagne est tout à fait normal. Je me suis toujours demandé comment ces gens-là tenaient un rythme aussi effréné et stressant, sur une période aussi longue.

Qu’il éprouve le besoin « d’habiter la fonction présidentielle » et de « ne pas arriver à l’Élysée comme un plouc » est aussi légitime et tout à son honneur. En ce sens l’annonce du monastère, si elle était surprenante et pouvait poser quelques interrogations sur le futur de notre État laïc, avait une certaine cohérence voire une certaine classe. Et puis, pour le héros de la France qui se lève tôt, chanter Mâtines puis Laudes et Prime, pieds nus en robe de bure, pourquoi pas. Surtout sortant du Fouquet’s. Avec cette annonce il aura gagné quelques voix chez les catholiques... quelques électeurs séduits par l’austérité et le mysticisme... Mais il ne l’a pas fait.

Mais le yacht Maltais est assez surprenant du fait d’une apparente (seulement) accumulation d’erreurs de communication et d’image :

- tout d’abord, quitter le pays qui vient de vous élire président de la République le lendemain même de l’élection, pour passer quelques jours de repos à l’étranger me semble quelque peu décalé. Mais passons, l’homme est moderne et audacieux, Malte c’est l’Europe, et on ne lui demandait pas non plus d’aller admirer le clair de lune à Maubeuge.

- Il me semble que dans cette position j’aurais fait malgré tout, le petit effort d’assister aux cérémonies du 8 mai dans ma commune, ne serait-ce qu’en direction de mon électorat plutôt âgé et attaché à ces valeurs. Il est vrai que moi-même je n’y suis pas allé ce matin, pour la première fois depuis très longtemps. Mais je n’ai pas non plus été élu président avant-hier, il faisait froid et j’ai encore mal à ma claque démocratique sur le museau.

- Ensuite l’avion privé, et le yacht d’un industriel milliardaire, comme lieu de retraite, n’évoquent pas de façon immédiate, la recherche de spiritualité et l’ascèse de quelqu’un voulant se préparer spirituellement à endosser la plus haute fonction. Ça ressemble plutôt aux vacances de Bill Gates ou de Stef’ de Monac, Jet Set et Gin Tonic. On n’attendait certes pas de lui qu’il loue un gite rural sur le Larzac, la pipe de José Bové pouvant incommoder Cécilia, avec le risque aussi de retrouver un mouton dans la baignoire. Mais il pouvait aller chez son pote Clavier, OKAY ?

- Ce même yacht et ce même jet, quand on imagine ce que ça représente de combustible fossile brûlé en quelques jours et de CO2 libéré dans l’atmosphère, jette comme un léger discrédit sur le message envoyé le soir des élections à nos amis Américains, leur demandant d’être exemplaires dans la lutte contre le réchauffement climatique. Je serais américain, ça me ferait doucement, mais alors doucement rigoler, ce pas encore chef d’un tout petit pays, qui me donne des leçons de morale et hop s’envoie en l’air en tri-réacteur pour aller faire des ronds dans l’eau avec deux moteurs Caterpillar de 1000 chevaux.

- On sait Nicolas Sarkozy intime avec les plus grandes fortunes du pays : Bouygues, Arnault, Lagardère. On (je) découvre Bolloré. Était-ce judicieux de l’afficher aussi rapidement et ostensiblement ? Je crois me souvenir que le journaliste PPDA (pas celui des Guignols, l’autre) avait eu maille à partir avec la justice, pour avoir profité des largesses, avion ou bateau, je ne sais plus, de tel industriel. Il n’était pas que je sache, ministre, ni même futur Président, juste journaliste sur une chaîne privée. Je crois me souvenir aussi de certain prêt consenti à Pierre Bérégovoy par un ami, pour payer sa résidence principale (il voulait lui aussi, devenir propriétaire), et qui lui avait été reproché. Ça coince aussi quand on sait que le bateau appartient à l’un des 500 premiers groupes mondiaux, qui investit actuellement massivement dans les média, notamment la TNT (source : Bolloré). Pour l’instant, Sarkozy n’est plus ministre, pas encore président, il est donc libre de ses amitiés et ses actes. Mais cela semble d’une totale imprudence. On peut être au pouvoir et ami de Steevy-du-Loft, Mireille Mathieu ou Christian Clavier, ça ne prête pas à conséquence. On peut être ami avec un milliardaire et bénéficier de ses libéralités quand on n’est pas aux responsabilités (Rostropovitch avait aussi utilisé l’avion du PDG de Danone, pour aller jouer au pied du Mur de Berlin, sans que personne n’ait rien à y redire). Mais bénéficier des largesses d’amis d’un tel poids financier... tellement d’intérêts en jeu... à quatre jours d’être Chef d’État... folie, irresponsabilité totale, ou cynisme absolu.

- Ou bien, ce qui est probable, il y a location en règle auprès de la compagnie de charters (ou régularisation a posteriori au moins sur le papier). On n’attendait pas non plus de lui, qu’il aille dans un village Club Med’, où il aurait pu tomber nez à nez avec Arlette Laguiller en maillot de bain, qui doit utiliser de l’huile solaire bon marché, quelle horreur. Mais le yacht à 180000 euros/semaine ça ne va pas non plus dans le sens d’un président proche des 53% de Français qui l’ont élu. Ces quelques jours de vacances, c’est largement le prix de l’accession à la propriété pour tous ceux qui ont cru à son discours sur la « France de propriétaires » et vont ramer pendant 15 à 25 ans pour rembourser leur T3.

- L’argument éventuel de la volonté de discrétion et d’isolement qui auraient pu justifier ces choix, ne tient pas, rien n’étant plus repérable et identifiable qu’un jet, puis un yacht de luxe sur la Méditerrannée.

Or Nicolas Sarkozy est un homme extrêmement intelligent, prudent, bien entouré et conseillé. Ces erreurs auraient pu être commises par une quelconque bécassine provinciale amenée à la présidence par hasard, mais pas par un homme politique aussi précis, rigoureux, organisé et calculateur que lui. Il n’aurait jamais fait cela pendant la campagne, cela aurait trop nui à son image et prêté le flanc à la critique dans son propre camp.

Donc l’erreur n’est pas possible côté Sarkozy, qui a dû anticiper les réactions possibles, et assumer totalement ses actes et prendre ses responsabilités en toute connaissance de cause.

Je ne vois donc que quatre explications :

- c’est un hommage à Mireille Mathieu, cette grande artiste lyrique qui chantait justement La Paloma dans les années 70, et qui l’a si bien soutenu dans la campagne. Et il est plus facile d’emmener sa famille et ses gardes du corps sur un bateau de 60 mètres, que sur la Harley de Johnny ;

- c’est un signe donné à l’International, qu’il compte jouer dans la cour des grands qui ont un gros bateau (peu de chefs d’état, mais beaucoup d’hommes d’affaires) ;

- cette retraite de milliardaire est parfaitement cohérente avec sa conception du « travailler plus pour gagner plus » : je bosse comme un dingue, je peux bien me (faire ?) payer quelques jours de détente sur un yacht à Malte et ceux qui me critiquent n’ont qu’à en faire autant. Il incarne ainsi le rêve d’ambition et de réussite sur lequel il a fondé sa vie, sa campagne, notamment auprès des jeunes UMP, des ménagères de 50 ans, des téléspectateurs de TF1 et lecteurs de Paris-Match et Voici qui rêveraient de l’avoir pour gendre (personnellement ni le yacht, ni le gendre idéal n’entrent dans mes fantasmes) ;

- ou bien, et plus certainement, il se fout totalement désormais de son image auprès de son électorat et même ses adversaires, et c’est le premier signe ostensible de cette politique de droite « décomplexée » qu’il nous a annoncée. Ce n’est donc pas de l’imprudence, juste de l’impudence, et affirmation voulue, de son autorité et indépendance : « je fais ce que je veux et je vous emm... », l’équivalent en plus soft et finalement moins dispendieux, de l’essai nucléaire de Chirac en son temps.

Voilà. C’est en cela que cette « retraite », ce bateau, ne sont pas de l’info people mais sont importants pour le pays. Au lendemain des élections la couleur est affichée : adhérez au rêve de milliardaire et bossez en attendant, ou allez vous faire foutre. C’est à peu près le discours et l’attitude d’un Berlusconi, que les Italiens ont rejeté, après l’avoir porté au pouvoir.

Qu’en pensera le « petit peuple de droite », celui qui se lève tôt, les artisans, les commerçants, les retraités qui l’ont élu, ceux que les people du Canal Saint-Martin et les intellectuels de gauche énervent ?

Qu’en penseront les électeurs au premier tour du simple et provincial Bayrou, que j’imagine mal sur les coussins de cuir blanc du Paloma ?

Qu’en penseront les gens de gauche que Ségolène et ses éléphants n’ont pas convaincu, et ont laissé venir ?

Voilà, c’était annoncé, c’était expliqué, commenté, maintenant c’est démontré. C’est pas de l’info people, comme essaient de tempérer les sous-fifres du nouveau président... C’est de la haute politique.

Et à méditer pour les législatives.

P.-S.

Rapide zapping des JT ce soir : apparemment, sauf chez les Guignols, rien ou presque sur le beau bateau de Sarko (mais j’ai loupé le début sur TF1 et FR2). Il est vrai que ça n’a pas beaucoup d’importance. Par contre, un long, long sujet sur le retour de Johnny, et le départ de Laure Manaudou (pas pour raisons fiscales...) Ça c’est des sujets de société. Bienvenue en Sarkoland.

PS 2 : le lendemain, c’est dans tous les journaux, à la radio et sans doute la télé que je ne regarderai pas. Mais de location, comme je l’avais imaginé, pas. Qu’est ce que je peux être naïf quand-même !
Le plus marrant c’est les commentaires des lecteurs sur le site du Figaro. Si je crois ces braves gens, moi-même et ceux qui ont été choqués par cette histoire ne sont vraiment que d’affreux gauchistes, feignants et qui ne comprennent rien à la vie. Et bien si je crois n’avoir été, en bientôt 45 ans, ni gauchiste, ni fainéant, j’ai bien envie de devenir, l’un comme l’autre...