Café du Commerce
Accueil > Blog > Cacas nerveux > Histoires d’un mec

Histoires d’un mec

19-05-2007

Ce qui va suivre est purement imaginaire, et aucun lien ne saurait être trouvé, avec un personnage existant, ou ayant existé.

***

Ça se passerait il y a quelques années. C’est l’histoire d’un sous-off de l’Armée de terre, qui est en mission quelque part en Bordurie, parce que la Bordurie est en conflit avec la Syldavie.

Le type est sur un tarmac avec sa section depuis l’aube, pour rendre les honneurs à un personnage important, genre haut-commissaire international, qui doit atterrir dans la matinée.

L’avion se pose. « Gaaaaaarde vous ! »

Le haut commissaire descend du gros n’avion. Pas bonjour ni rien. « Ils sont où, les journalistes ? » On va chercher les journalistes. Photos, micros. Le personnage important remonte dans son avion, ni au revoir ni rien.

« Repos ! »

Le lendemain le haut-commissaire international est dans tous les journaux où il explique avec fougue et passion, le drame de la Bordurie et de la Syldavie.

***

Ça se passerait en Bretagne, un peu avant, ou un peu après l’histoire précédente.

C’est l’histoire d’un étudiant, qui habite un studio dans une ville sur la côte, au-dessus d’un restaurant chic. C’est le printemps, il fait beau (je sais, ça semble bizarre, mais ça arrive très souvent en Bretagne sud ; simplement, ça ne dure pas longtemps). L’étudiant s’est installé sur son balcon pour réviser ses partiels.

Il voit arriver au restaurant un type connu (un ministre, il l’a vu souvent dans les journaux et à la télé, au moment des problèmes en Bordurie/Syldavie) avec des gens qu’il ne connait pas. Le groupe s’installe en terrasse, juste sous le balcon.

De son balcon il entend tout, surtout que le ministre n’est pas spécialement discret. Le choix du menu : « Eh, vous n’allez pas prendre un menu, les gars... la carte. Faites pas de chichis, ça passera sur la note de frais, l’État a des sous », les gros mots, les blagues bien grasses de fin de repas... Ça le surprend l’étudiant et pour tout dire le choque un peu, à la télé il le trouvait plutôt sympa ce ministre-là. Surtout ça ne colle pas trop avec l’idée qu’il se faisait jusqu’ici, de l’homme courageux de la Bordurie.

***

Ça se passerait quelques années plus tard. Il y aurait eu une élection, un nouveau gouvernement. Le sous-off et l’ancien étudiant ont reconnu dans les journaux, l’ancien haut-fonctionnaire international, et le client du restaurant. En fait, le même homme. Il venait juste de changer de camp.

***

Voilà. Évidemment tout ça est purement imaginaire. D’ailleurs, je ne fréquente pas les sous-off de l’Armée de terre, et ne connais aucun étudiant, ni ministre des affaires étrangères existant ou ayant existé, d’ailleurs.