Café du Commerce
Accueil > Blog > Musique > Le pollen

Le pollen

23-05-2007

Il est arrivé ce matin.

Des années que je me disais « faut que j’achète ce disque »... Je n’en avais qu’une vieille cassette rincée, enregistrée il y a bien 20 ans. Pas écouté depuis longtemps (parce que depuis longtemps, les cassettes sont au grenier).

Finalement j’ai craqué les quelques euros, et l’émotion, le bonheur brut en le mettant dans le lecteur.

Il s’agit de l’album Le Pollen de Pierre Barouh. 1982, soit pile-poil 25 ans... C’est le côté positif de prendre de l’âge, de la bedaine et des douleurs : on connait Pierre Barouh et son Pollen.

Aujourd’hui je suis ce que je suis
Nous sommes qui nous sommes
Et tout ça c’est la somme
Du pollen dont on s’est nourri

Pierre Barouh, c’est l’homme qui a découvert, et produit entre autres, Jacques Higelin, Brigitte Fontaine, Lewis Furey et Jean-Roger Caussimon. Son label, Saravah avait pour fière devise : « ll y a des années où l’on a envie de ne rien faire ». Depuis je crois qu’ils ont ajouté « Les rois du slow biz ».

Mais Pierre Barouh est aussi auteur (la Bicyclette de Montand, c’est lui), et même chanteur, les années où il a envie de faire quelque chose. Je ne connais pas tout son travail, surtout cet album, enregistré au Japon avec la crème des musicos de là-bas, à cette époque.

Écouter Barouh, qui ne chante pas toujours très juste, mais toujours avec beaucoup de justesse, c’est comme un silence dans le bruit, l’agitation et l’aigreur du temps. Ça donne l’espoir que non, la compétition, travailler plus pour gagner plus, ce n’est pas le seul objectif possible dans la vie ; et qu’il y a peut-être des chemins de traverse que nous sommes encore libres d’emprunter, d’autres rives sur lesquelles chercher, « avant qu’elle nous arrive, la déraison ».